La réduction des services de police n’est pas pour demain

Le gouvernement Legault n’entend pas réduire le nombre de corps de police à travers la province à court ou moyen terme.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a réagi aujourd’hui au rapport sur la réalité policière déposé hier.

La suggestion de faire passer de 31 à 13 le nombre de services en procédant à des regroupements ou en faisant appel à la Sûreté du Québec représente un chantier de réflexion important à très long terme a-t-elle dit. Des évaluations exhaustives sur les coûts des différentes options devront être menées afin de prendre des décisions.

Québec n’entend pas non plus lancer une grande réforme de l’UPAC tel que préconisé dans le rapport puisque l’organisation fait déjà l’objet d’une réorganisation depuis un an.

La ministre a néanmoins précisé que certaines recommandations figurent au nombre des priorités du gouvernement notamment en ce qui concerne la diversité et l’inclusion au sein des forces de l’ordre.