Le Syndicat de l’enseignement de L’Amiante mécontent du projet de loi 40

Courtoisie

Le Syndicat de l’enseignement de L’Amiante réitère son mécontentement face au projet de loi 40 sur la gouvernance des commissions scolaires.

Le Syndicat affirme que son contenu déconsidère ouvertement les enseignantes et enseignants en réduisant leur espace décisionnel, en amoindrissant la portée de leur jugement professionnel et de leur autonomie.

Le contenu essaie aussi de leur imposer sournoisement et à la pièce des éléments d’un ordre professionnel.

Ce projet de loi devait à l’origine revoir les structures scolaires et non porter atteinte à l’autonomie des enseignantes et enseignants selon le président Francis Jacob.

Ce dernier soutient que, depuis des années, les enseignantes et enseignants travaillent à valoriser la profession.

Ils souhaitent redevenir maîtres de leur profession, puisque leurs droits se sont érodés au fil des réorganisations du réseau, des compressions et de la gestion axée sur les résultats entre autres.