Ligne Appalaches-Maine; des années d’injustice pour les Premières Nations

Image par Christelle PRIEUR de Pixabay

Les cinq Premières Nations, qui mettent en demeure le gouvernement du Québec et Hydro-Québec dans le dossier de la Ligne Appalaches – Maine, affirment vivre de l’injustice.

La Coalition des Premières Nations de Lac Simon, Kitcisakik et Abitiwinni (Anishnabeg), de Wemotaci (Atilamekw) et de Pessamit (Innus), demandent de suspendre le projet de construction de la ligne d’interconnexion entre le réseau québécois et celui du Maine. 

Les membres soutiennent que les processus ayant mené à l’adoption du décret autorisant la construction de cette ligne électrique par le gouvernement du Québec sont entachés d’illégalités graves et inconstitutionnelles.  Lucien Wananonik de Lac Simon précise…

Les diverses installations comme les réservoirs, centrales hydroélectriques, pylônes notamment, aménagées depuis des décennies sur les territoires ancestraux par Hydro-Québec, ont eu un impact dévastateur sur la faune, la flore et l’accessibilité des lieux de pratique traditionnelle, menaçant du coup leurs modes de vie, cultures et subsistance elle-même. 

Si Québec et Hydro-Québec n’obtempèrent pas, il y aura poursuite devant les tribunaux, avec l’intention de stopper le projet d’exportation d’hydroélectricité vers le Maine et le Massachusetts.

Voici l’entrevue diffusée à Plaisir 105,5 Thetford et 107,1 Disraeli avec Alain Faucher…